Ma vie de Sugar Baby : l’argent fait-il vraiment le bonheur ?

Jeune femme ambitieuse, issue d’un milieu sans difficultés majeures, capable de beaux sentiments amoureux, elle décide un beau matin de devenir Sugar Baby. Pourquoi ?

Par envie d’argent. Pas par besoin, car le manque était très relatif, mais bel et bien par envie… de voyages par exemple… en Scandinavie.

Tout a donc commencé par une année d’échange universitaire à Copenhague tout simplement.

Après plusieurs mois sur place, force a été de constater que le budget alloué par les bourses scolaires était plutôt insuffisant. La future Sugar Baby s’est donc mis en quête d’un « petit boulot »… en danois : pas évident quand on ne maitrise pas vraiment cette langue !

Comme tout problème a des solutions lorsque l’on est une jeune fille débrouillarde, l’idée d’une « relation à bénéfices mutuels » telle que décrite dans de multiples articles de presse féminine a fait son chemin. L’inscription sur un site de « sugardaters » a suivi peu de temps après.

sugar2

Un premier Sugar Daddy a semblé intéressé, mais ses envies sexuelles étant vraiment hors-normes, ce n’est pas cette fois-là que notre Sugar Baby a fait ses débuts. Tout aurait pu s’arrêter là. Mais, la fierté avait commencé à être ébranlée et des décisions plus ou moins bonnes se sont alors enchainées.

Parler ou ne pas parler de ce que l’on vient de faire ? La réponse arrive vite et le mensonge semble alors la seule option. De plus, jour après jour, il semble grossir à vue d’oeil et cela devient insoutenable : et si je craque et que je dis tout… à mes parents… à  mon copain ? La honte de cette perspective entraîne l’isolement. On se sépare, on coupe les ponts, on fait table rase, on veut tenter sa chance dans cette nouvelle vie.

Bien sûr, ce mode de vie ne devrait être que temporaire. De toute façon, personne ne veut penser à « l’après », chacun profite de l’instant présent et advienne que pourra. Mais… le luxe et le confort sont des choses très plaisantes : ne plus jamais regarder les prix, profiter en tout temps et en tous lieux du « meilleur », bref, vivre avec pour seul objectif de se faire plaisir. Il est aisé de succomber.

Surtout que la contrepartie n’est pas non plus une torture : du sexe. Voilà qui peut aussi être plutôt plaisant. Et la vie de Sugar Baby s’installe ainsi un peu plus chaque jour dans l’argent et le plaisir immédiat, ainsi que dans le mensonge et la perte de l’estime de soi.

Sugar

La prise de conscience de ce dérapage se fait aussi insidieusement que s’installe l’argent dans la vie d’une Sugar Baby. Ce qui n’est au début qu’une douceur pour se faire de l’argent de poche devient un véritable mode de vie dont on imagine plus se passer. On y prend goût, on vit « comme au conéma » et on ne s’imagine plus revenir en arrière.

Pourtant, il demeure quelque chose au fond de celle qui est devenue Sugar Baby, un sentiment d’usurpation tenace. La nouvelle venue n’appartient pas vraiment à ce monde où l’argent n’est jamais un problème, mais puisqu’elle peut en profiter, pourquoi ne pas le faire ?

C’est ce sentiment ambivalent qui peu à peu constitue l’addiction, exactement comme la cigarette : il faut que j’arrête, je me fais du mal, mais en même temps… c’est tellement bon !

sugar3

Mais, comme le dit le dicton : « les meilleures choses ont une fin » et la Sugar Baby redevient une simple jeune femme que la réalité agresse.

Les ami(e)s ne sont plus là, le couple « d’avant » non plus, la famille plus vraiment elle aussi. Mais, l’envie de continuer à vivre en mode « luxe » est toujours aussi présente pour sa part ! Une période que l’on peut apparenter au « sevrage » débute alors et c’est l’enfer. Et l’issue est variable… on parvient à se « désintoxiquer » de l’argent ou… la Sugar Baby trouve un autre Sugar Daddy et c’est reparti !

Et la confusion continue de régner… pour toujours ?

Comments

comments

Vous aimerez aussi...

Menu Title