Rencontre avec la meilleure « poleuse » de France !

La pole dance est un sport. L’idée selon laquelle cette discipline se résume à de jolies filles qui tournent autour d’une barre dans des postures sexys est largement répandue, mais fausse. Il s’agit bel et bien d’un sport, d’un vrai sport et même d’un sport extrêmement exigeant. Faire des tractions en drapeau n’est effectivement pas à la portée de n’importe qui.

Cependant, la confusion est légitime, car les débuts de la pole dance au Canada dans les années 20 ont eu lieu sous les tentes foraines où les danseuses exotiques se sont mises à utiliser les poteaux de soutien des chapiteaux. Ensuite, dans les années 50, le monde du strip-tease s’est approprié la barre associant son image aux filles dénudées d’où l’association d’idées qui perdure encore de nos jours.

Pourtant, depuis les années 90, la pole dance s’est transformée pour peu à peu devenir une véritable discipline sportive où les exercices ont lieu à la barre et pas seulement autour. De nombreux athlètes venus de la gymnastique ou du cirque se sont mis à  pratiquer la pole dance, les écoles se multiplient et l’on parle même d’inscrire cette discipline lors de futurs jeux olympiques.

Pour en savoir un peu plus sur ce sport, regardons le parcours de Cyd Sailor, 1m57 pour 52 kg, qui n’est nulle autre que la championne de France de pole dance.

Cyd Sailor est un pseudo que la danseuse a choisi en hommage à l’une de ses idoles : Cyd Charisse. La performance de cette dernière dans le flm Chantons sous la pluie a été une très grande source d’inspiration pour notre championne qui a dû le voir au moins une centaine de fois !

Pour Cyd, tout a commencé en 2009 lorsqu’elle a visionné le clip « I Don’t Know What to Do With Myself » des White Stripes  et vu Kate Moss à la barre. Ce fut le déclic. Ayant une formation de danse classique, Cyd s’est rendue à un cours « découverte » pour voir ce qu’était véritablement la pole dance. De ce premier contact, elle conserve un souvenir intense de liberté. Une passion était née. Quelques temps après, sur un coup de tête, Cyd part à New York pour apprendre avec des professionnels.
De retour en France, Cyd était prêtre pour les championnats de France et, en 2011, elle y a terminé cinquième.

pole

Lorsque l’on voit Cyd danser, c’est une explosion de paillettes, tout est très glamour et le fait que son sport soit associé à une discipline sexy ne la dérange pas du tout, au contraire. Elle explique :  « Quand j’ai commencé, la plupart des professeurs de pole venaient en effet du strip-tease. Aujourd’hui c’est dissocié. Comme s’il fallait se défendre de faire du sexy, je trouve ça un peu dommage. »

Mais, revenons sur le titre de championne de France de Cyd. Alors que certaines se vanteraient haut et fort de cette victoire, Cyd demeure très modeste et ne pense pas que cela changera vraiment quelque chose à son avenir. Pour le moment en tout cas, les projets n’affluent pas en grand nombre. Par contre, cette médaille va l’emmener jusqu’au championnats du monde à Hong Kong… ce qui ne la réjouit pas tant que ça. En effet, juste avant les championnats de France, Cyd voulait arrêter les compétitions qui sont source d’un trop grand stress pour elle. D’ailleurs, au moment des résultats, elle était en train de pleurer dans les loges !!!

Son bonheur, c’est sur scène que Cyd le vit. Lors des championnats de France, elle se sentait vraiment portée par le public. Elle dansait sur Life on Mars de David Bowie, une chanson qui s’est imposée à elle et pour laquelle la chorégraphie lui est venue très rapidement, comme si elle n’attendait qu’elle.

pole1

En dehors des compétitions, Cyd est aussi effeuilleuse dans un collectif burlesque et donne également des cours  à l’Electrick Pole Studio à Bordeaux. Il lui arrive de plus en plus de donner des ateliers un peu partout dans le monde et les inscriptions sont à chaque fois plus nombreuses. Des garçons commencent même à s’intéresser à la pole dance.

Cyd ne sait pas exactement où la mènera la pole dance, mais elle en connait l’énorme potentiel : « Ce qui est cool, en pole, c’est qu’il reste beaucoup de choses à faire : plein de figures sont encore à inventer, par exemple. Du coup, si tu en crées une, tu peux lui donner ton nom. »

Comments

comments

Vous aimerez aussi...

Menu Title