J’ai capturé le lac Erie le jour où il a montré sa véritable puissance

Mon nom est Dave Sandford, je suis un photographe professionnel depuis 18 ans. Photographiant les événements sportifs professionnels paie les factures, mais je suis vraiment passionné par tout ce qui a un rapport avec l’eau, les océans et les lacs m’attirent. Depuis que j’étais gamin, j’ai adoré être près et entouré de l’eau. Je suis toujours fasciné par sa puissance brute pure, captivé par le mouvement gracieux d’une vague et par la danse de la lumière qui la traverse.

Récemment, je me suis senti attiré par les lacs qui sont dans ma ville natale de London à Ontario, Canada. Plus précisément, les majestueux Grands Lacs. Le lac Érié, le 4ème plus grand des Grands Lacs a attiré mon attention pour cet essai photographique. J’ai choisi de me concentrer sur Érié à un moment donné de l’année (mi-Octobre à Décembre) lorsque les Grands Lacs agissent plus comme des océans que des lacs. Il est une partie de l’obscurité de l’automne, les jours froids et venteux qui transforment les Grands Lacs en corps méchamment sauvages et dangereux.

Le lac Érié a une longueur de 388 km et un diamètre d’environ 92 kilomètres. Il est aussi le moins profond des Grands Lacs, avec une profondeur moyenne de 19 mètres et une profondeur maximale de 64 mètres. Le nom du Lac Érié provient d’une tribu indigène qui a appelée le lac « Erige » (« chat ») en raison de son imprévisibilité et sa violence. En raison de la faible profondeur du lac, les conditions peuvent changer de façon spectaculaire en seulement une question de minutes, avec des vagues violentes qui surgissent de manière inattendue. La nature imprévisible et violente du lac Érié a revendiqué 1800 à 8000 épaves datant du 17ème siècle, dont la plupart n’ont jamais été retrouvées.

Au cours de 4 semaines pour 2-3 jours par semaine, parfois 6 heures par jour, je faisais mes 45 min en voiture jusqu’au lac Érié. Les images ici ont été faites en utilisant mon appareil Canon 1Dx avec mes lentilles de 400mm et 70-200mm, protégé des éléments extérieurs par des vêtements et équipements spéciaux. Ces photos ont été prises durant le mois de Novembre sur la rive nord du lac Érié, 150-180 mètres à partir d’une petite communauté au bord du lac appelé Port Stanley, en Ontario. Les températures quotidiennes allant de -2 jusqu’à 14 degrés Celsius, des vents soutenus d’une vitesse de 45-50 km/h, avec des rafales de 70-100 km/h, la température moyenne de l’eau était de 11 degrés Celsius, et la hauteur des vagues dépassait les 7 mètres. Durant des jours comme ceux-ci, la plupart des gens restent loin du lac … des jours comme ceux-ci où Erie devient vivant, montrant son vrai pouvoir. Ce sont les jours où je ne peux pas attendre pour s’approcher du lac et capturer ses images!

Baine des Grands Lacs
Lac-Erie-1

Lac du Chat
Lac-Erie-2

La Sorcière de NovembreLac-Erie-3

Deux VisagesLac-Erie-4

Sommet de la Montagne LiquideLac-Erie-5

Le Mystérieux ErieLac-Erie-6

Le Monstre du Lac ErieLac-Erie-7

Chansons de l’AbîmeLac-Erie-8

Sorcière de Novembre
Lac-Erie-9

La Fureur de l’Eau Douce
Lac-Erie-10

Vendredi NoirLac-Erie-11

Mort Terrifiante Lac-Erie-12

Les tempêtes de NovembreLac-Erie-13

Pic Rouge
Lac-Erie-14

Le Tempête de Sable Lac-Erie-15

Comments

comments

Vous aimerez aussi...

Menu Title